5a. Wenskaart Offerfeest
2005 Hindoe groep rond altaar
2005 Hindoe groep rond altaar
2005 Ohm teken
Concert 2011.2
Concert 2013 algemene repetitie Servische kerk.jpg
concert2010.la main tendue3.jpg
Davidsfonds.2.jpg
detail14
detail15
Detail16
Dialoogdag Lucerna 29 maart 2011 (2).jpg
Dialoogdag Lucerna 29 maart 2011.jpg
foto 25 maart 2010.jpg
Front5
front6.jpg
front7
front8
Jeugddag 11.11.2011.dialooggroep.1.jpg
Koran in moskee Genk.jpg
Lunch in Abrahamhuis.jpg
Marokkaans koor in protestantse kerk Interreligieus concert 2010.jpg
P6060013

Diwali (4 nov.)


Chaque année, la nuit de la nouvelle lune de Diwali, des feux d’artifice annoncent la fête la plus populaire en Inde. Toutes les maisons sont décorées et les gens distribuent des sucreries. Mais surtout : des milliers de lampes, petites et grandes, créent une atmosphère féerique. Diwali est la fête la plus importante et peut être comparée a la période de Noël en Occident.

Dipavali (en sanscrit Deepavali: rangée de lampes) ou Diwali est la fête des lumières dans l’hindouisme, mais aussi dans la communauté des Sikhs et des Jains . A ce moment-là se célèbre la victoire du bien sur le mal, avec une vénération spécifique de Vishnou et de Lakshmi. Les cérémonies varient selon la région du pays.

En Indu du Nord on commémore le couronnement reporté du Roi Rama, qui a eu lieu à Ayodhya après la guerre contre Ravana, le roi satanique de Lanka. Rama, incarnation de Vishnou, retourne de cette guerre après quatorze ans d’absence. En son honneur des luminaires flottants sont lancés sur l’eau des rivières. Durant la nuit de la nouvelle lune, l’entrée des maisons est illuminée et décorée pour accueillir la déesse Lakshmi, conjointe rayonnante de Vishnou et vénérée pour obtenir richesse et succès. En son honneur se font des prières rituelles (pujas). Le lendemain, début du nouvel an, tous mettent de nouveaux habits avec des bijoux accordés. Les gens rendent visite à leur famille et leurs amis de travail en leur offrant friandises, fruits et cadeaux. Beaucoup font de longs voyages à l’intérieur de l’Inde. Pour les commerçants commence une nouvelle année comptable.

En Inde du Sud Diwali est appelé également Naraka-chaturthi en commémoration de la défaite du diable Naraka par Krishna et sa compagne Satyabhama (incarnation de Lakshmi). Le message de cette fête nous apprend que dans la société le bien (la solidarité) devrait toujours le remporter du mal (l’individualisme). L’avenir s’annonce rempli de joie et de bonheur. Très tôt le matin, les gens écrasent un fruit, symbole du mal, et appliquent un peu de sang artificiel sur le front. Puis ils prennent un bain à l’huile, suivi de la cérémonie rituelle en honneur de Lakshmi. Beaucoup vont visiter les temples. Le petit-déjeuner comprend essentiellement des fruits et des plats sucrés. La journée se termine par un feu d’artifice géant.

Le fait de devoir se réveiller vers quatre heure du matin n’est pas seulement bon pour la santé, mais favorise le travail quotidien ainsi que le développement spirituel. Certaines gens se saluent en disant "As-tu déjà pris ton bain du Gange ?”, signifiant le bain matinal. On prétend que, ce matin-là, l’eau du Gange parcourt tous les fleuves du pays avec l’effet purificateur qui lui est propre : tous les péchés disparaissent dans l’eau.

Mis à côté les légendes, Diwali est une période festive: les gens font des tas de courses et préparent des repas somptueux. On en profite également pour faire le grand nettoyage de la maison ainsi que certaines réparations matérielles. La lampe qui brûle sereinement symbolise l’esprit illuminé alors que le bruit des feux d’artifice attire l’attention des dieux aux festivités des hommes. Tout le monde oublie et pardonne les fautes du passé. Partout règne la liberté et la gentillesse dans le but de créer un sentiment d’unité universelle. Ainsi la bonté peut croître dans le coeur de ceux qui participent à la fête.

Le culte traditionnel en honneur de Lakshmi se déroule à l’intérieur des maisons pendant la nuit. Cinq lampes au beurre (‘ghee lamps’) sont placées devant l’image de la déesse, des friandises et des chants religieux lui sont offerts. Après l’office, on allume toutes une série de petites lampes (‘divas’) partout dans la maison afin de chasser les ténèbres et d’accueillir la lumière. Dans les villages il existe le culte du bétail, puisque celui-là constitue la source principale des revenus des gens.

Avant d’effectuer le rituel de Lakshmi, le prêtre (‘pandit’) effectue celui de Ganesha (le dieu à la trompe d’éléphant). Il lave les deux images avec de l’eau, puis avec du panchamitra (mélange de lait, beurre, sucre et miel) ou avec de l’eau de rose, pour terminer encore une fois avec l’eau. Après, il met une lampe (‘deepak’) devant l’image et l’entoure de biscuits et de fruits qui vont servir de nourriture bénite (‘prasad’). Entretemps les images sont ornés de différentes sortes de fleurs et d’encens. Les participants offrent de l’argent. Une bénédiction clôture la cérémonie.
  



Terug naar overzicht