5a. Wenskaart Offerfeest
2005 Hindoe groep rond altaar
2005 Hindoe groep rond altaar
2005 Ohm teken
Concert 2011.2
Concert 2013 algemene repetitie Servische kerk.jpg
concert2010.la main tendue3.jpg
Davidsfonds.2.jpg
detail14
detail15
Detail16
Dialoogdag Lucerna 29 maart 2011 (2).jpg
Dialoogdag Lucerna 29 maart 2011.jpg
foto 25 maart 2010.jpg
Front5
front6.jpg
front7
front8
Jeugddag 11.11.2011.dialooggroep.1.jpg
Koran in moskee Genk.jpg
Lunch in Abrahamhuis.jpg
Marokkaans koor in protestantse kerk Interreligieus concert 2010.jpg
P6060013

Kathina (24 oct.)


Kathina est une cérémonie bouddhiste qui a lieu dans les régions theravada (1) durant le mois suivant la fin de la retraite monastique annuelle (octobre-novembre). À cette occasion, les laïcs offrent aux moines une pièce de tissu qu’ils doivent transformer eux-mêmes en une robe monastique. D’autres dons utiles ainsi qu’un repas sont également offerts. La cérémonie se tient le plus souvent dans un monastère, mais peut aussi avoir lieu dans une salle des fêtes. Le kathina ne peut être observé que par une communauté d'au moins cinq moines ayant passé les trois mois de retraite dans la même résidence. L’origine en remonte à la vie de Bouddha. Il est question dans les écritures d’un groupe de trente ou cinquante moines se rendant à Savatthi pour passer la saison des pluies auprès du Bouddha. N’ayant pu y parvenir à temps, ils s’arrêtèrent en chemin et se remirent en route dès la fin des trois mois obligatoires, sans égard à la pluie qui, elle, ne s’était pas arrêtée; ils arrivèrent trempés à destination. Peut-être est-ce pour les réconforter que Gautama décida de renouveler leur garde-robe et de les dispenser temporairement de certaines règles. Une autre explication proposée est que le mois suivant la retraite était consacré à la préparation en commun de la garde-robe, et que certaines règles étaient relâchées pour faciliter ce travail. Le mot kathina est un terme sanscrit désignant une sorte de cadre qui sert à tendre les tissus durant la couture.

La période de retraite était considérée comme bénéfique pour ne pas causer de dégâts aux récoltes à une époque où on marchait souvent à travers champs, et pour épargner les insectes de l’herbe, particulièrement nombreux à cette période de l’année. Elle fut donc formellement imposée par le Bouddha aux moines et moniales pleinement ordonnés. Il s’agit en fait d’un séjour fixe car les moines, ayant en principe l’habitude de mener une vie itinérante, peuvent sortir et rencontrer les fidèles, mais doivent regagner chaque soir leur résidence. Dans certains cas particuliers spécifiés, ils ont le droit de s’absenter pour un délai qui doit rester inférieur à sept jours. La retraite de la saison des pluies est souvent pour les moines une période plus favorable à la méditation ou à l’étude auprès de leurs maîtres. Les moines qui observent correctement la règle peuvent bénéficier d’un allègement des règles monastiques durant les quatre mois suivants. Cette pratique sert essentiellement à rythmer la vie sociale et cultuelle de l’ensemble de la communauté, laïcs aussi bien que moines, elle suit presque toujours les dates traditionnelles du calendrier astronomique indien.


(1) Forme de bouddhisme dominante au Sri Lanka, en Thaïlande, au Cambodge, en Birmanie, au Laos et en partie au Vietnam. Elle se veut la plus proche de l’enseignement originelle du Bouddha. Chez nous, il y des moines à Laeken et à Waterloo.
 



Terug naar overzicht