5a. Wenskaart Offerfeest
2005 Hindoe groep rond altaar
2005 Hindoe groep rond altaar
2005 Ohm teken
Concert 2011.2
Concert 2013 algemene repetitie Servische kerk.jpg
concert2010.la main tendue3.jpg
Davidsfonds.2.jpg
detail14
detail15
Detail16
Dialoogdag Lucerna 29 maart 2011 (2).jpg
Dialoogdag Lucerna 29 maart 2011.jpg
foto 25 maart 2010.jpg
Front5
front6.jpg
front7
front8
Jeugddag 11.11.2011.dialooggroep.1.jpg
Koran in moskee Genk.jpg
Lunch in Abrahamhuis.jpg
Marokkaans koor in protestantse kerk Interreligieus concert 2010.jpg
P6060013

Yom Kippour (16 sept.)


Yom Kippour ou Jour de l'Expiation est le nom officiel de la célébration également connue comme le Jour du Grand Pardon. Ce jour hautement solennel est mentionné dans la Bible: "Le dixième jour du septième mois, ce sera pour vous une sainte convocation, et vous mortifierez vos âmes..." (Lévitique 23, 27). On observe en ce jour un jeûne complet. Chaque juif demande à Dieu de pardonner ses propres fautes et celles de la communauté, commises à l'encontre de Dieu Lui-même. Les offenses commises à l'encontre du prochain doivent être réparées individuellement, de préférence avant Yom Kippour. Les offices de prière commencent par celui de Kol Nidre. Parmi les rites de Yom Kippour figure l'envoi du bouc émissaire. Aux temps bibliques, des sacrifices étaient offerts dans le Temple de Jérusalem. C’était le seul moment de l'année où le Grand-Prêtre pénétrait dans le Saint des Saints où il prononçait le Nom de Dieu YHWH. Avec la disparition du Temple (70 AD) et, par conséquent, de la fonction du Grand-Prêtre, personne dans la communauté juive n’a plus jamais prononcé ce tétragramme sacré. Ainsi, personne ne sait comment le prononcer correctement.


Conséquence pour les chrétiens.

À l’initiative du pape Benoît XVI, la Congrégation pour le culte divin nous rappelle, dans une lettre de 2008, qu’on ne doit pas désigner Dieu par le mot ‘Yahweh’. Par respect pour le Nom de Dieu dans la tradition juive, les catholiques utilisent dorénavant le mot ‘Seigneur’ : dans les traductions, les célébrations liturgiques, les chants et les prières de l’Église catholique. Les Bibles protestantes, quant à elles, traduisent le Tétragramme par ‘l’Éternel’. Dans la traduction œcuménique de la Bible (TOB), qui combine l’effort de spécialistes principalement catholiques et protestants, mais aussi orthodoxes (en particulier pour ce qui est de l’Ancien Testament), le Tétragramme a été traduit par « le SEIGNEUR ».
 



Terug naar overzicht